Views
4 years ago

THE JAGUAR #03

  • Text
  • Jaguar
  • Formule
  • Voiture
  • Nouvelle
  • Voitures
  • Monde
  • Heures
  • Rover
  • Londres
  • Vent
Le tout dernier Jaguar Magazine présente notre nouveau félin : la E-PACE, sportive et compacte, qui attire déjà les regards. Du circuit du Mans à celui de Nürburgring, vous découvrirez comment la conduite sur circuit nous aide à concevoir nos voitures de sport. Dans la lignée de ces exploits, nous ferons le bilan encourageant du championnat de Formule E et de ce qui l’attend.

LE DESSIN D’UN SEUL

LE DESSIN D’UN SEUL TRAIT. Cinq mains dessinées à main levée, d’après le duo artistique parisien Differantly (DTF). À droite : Mo Ganji créant un nouveau design. Lorsque Emma et Stéphane apposent leur crayon sur le papier, on a le tournis. Les lignes s’entrecroisent, virevoltent, parcourent toute la feuille, jusqu’à former des angles acérés et des courbes vertigineuses. En quelques secondes, ils évoquent des voitures de course, des baskets cultes ou des flacons de parfum, sans jamais décoller le crayon de la feuille. Ils forment le duo parisien « Differantly » (DFT) qui se spécialise dans « Le dessin d’un seul trait », dont ils sont sans doute les meilleurs représentants. Leurs dessins d’un seul trait sont très recherchés par les collectionneurs les plus réputés. Très peu de gens savent que cette technique apparemment simple recouvre en réalité un processus très compliqué. D’après Stéphane, « l’acte de dessiner n’est que la partie émergée de l’iceberg. Tout d’abord nous étudions un objet dans tous ses détails, nous nous imprégnons de sa substance et nous le dessinons sous différents angles. Puis nous revenons en arrière. Nous déconstruisons une basket ou un sac à main et le réduisons à sa plus simple expression ». On oublie les hachures, les ombres ou les couleurs. Seule la ligne continue compte. Le regard cherche instinctivement le début et la fin de la ligne. On comprend très vite qu’il faut un sacré talent, une concentration extrême, une imagination précise et une vraie motivation. Et pour garder la pointe du crayon en contact permanent avec la feuille, il convient aussi de prendre des décisions irrévocables et de ramener la complexité à sa plus simple expression. Même le plus célèbre représentant de cet art, Pablo Picasso, a utilisé cette technique. Dans sa série « Taureaux » de 11 lithographies créées en 1945/1946, il a d’abord représenté la créature de manière réaliste, puis en style cubiste avant de se contenter de quelques lignes abstraites. Le maître espagnol, qui avait été inspiré par les représentations sobres des peintures pariétales, avait un incroyable talent pour faire ressortir les traits caractéristiques d’animaux, de danseurs ou de musiciens en économisant l’encre, créant un véritable accent par manque. Si, de son côté, Alexander Calder a transposé des dessins d’un seul trait en sculptures de fil de fer en 1926, comme son portrait en fil de fer de Fernand Léger, plusieurs grands illustrateurs se sont aussi frottés à cet art minimaliste : l’œuvre de Paul Klee Le petit bouffon en transes (1927) reste le monotype en continu le plus célèbre. L’homme à la grande bouche et Que lui manque-t-il ? (1930) ont tous « LE DESSIN D’UN SEUL TRAIT VOUS OBLIGE À ÊTRE MÉTICULEUX. » deux été créés au crayon simple avec touches d’aquarelle sur papier. Saul Steinberg a eu recours à des lignes plus acérées et plus marquées. Ce célèbre illustrateur américano-roumain a tenté d’émigrer aux États-Unis muni d’un faux passeport en 1941, et a publié des dessins dans The New Yorker alors qu’il résidait en République Dominicaine. Il évoqua sa fuite dans un portrait d’un seul trait Passport (1948), puis produisit son œuvre la plus fameuse la même année, représentant un homme dessinant un cercle autour de lui-même d’un seul trait. « Mr Linea » est un autre dessin dans cette lignée, inspirée du caractère colérique de la bande dessinée culte La Linea, créée par le dessinateur milanais Osvaldo Cavandoli. Le petit bonhomme fulmine et gesticule le long d’une ligne où lui sont opposés de nouveaux obstacles sur son chemin erratique. 72 THE JAGUAR

GARDIEN DES LIGNES IAN CALLUM, DIRECTEUR DU DESIGN CHEZ JAGUAR, ÉVOQUE LA VALEUR DE L’ESQUISSE SPONTANÉE PHOTOGRAPHIE : DFT ONE LINE ART; KEREM BAKIR; TRENT MCMINN Encore aujourd’hui, le défi de créer des dessins aussi évocateurs que simples fascine les créateurs issus de tous les secteurs : le tatoueur Mo Ganji s’est fait une belle réputation à Berlin avec ses « tatouages d’un seul trait ». Cet artiste germanoiranien dessine des images élégantes, telles des panoramas montagneux, avec des lignes fines. Pour lui, ces images symbolisent « la circulation des énergies, la continuité et la vitalité ». Ainsi simplifiées, les lignes non seulement délimitent les formes, mais elles font elles-mêmes partie de la composition. Le graphiste singapourien Chan Hwee Chong a représenté la Joconde et La jeune fille à la perle de Vermeer à partir d’une simple spirale. Le mouvement circulaire est tantôt plus haut, tantôt plus plat, et le stylo est tour à tour appuyé ou allégé, sculptant un nez, une bouche et des yeux en trois dimensions. Cette forme d’art vous amène astucieusement à croire qu’il est spontané, alors qu’en réalité, il est le résultat d’une préparation méticuleuse. L’erreur est proscrite – tous ceux qui s’y frottent savent que le résultat sera impitoyablement scruté. « Le dessin d’un seul trait est très éprouvant », explique Stéphane, de Differantly. « Sa diversité et son formalisme sont fascinants, mais obligent à trancher méticuleusement, en éliminant le superflu – mais le résultat est à la hauteur ! » « Idéalement j’aime communiquer mes idées initiales par des esquisses. Elles sont beaucoup plus parlantes que les mots et contiennent l’esprit de ce que j’ai en tête. Au mieux, la pensée contrôle les lignes et le dessin devient automatique, comme une langue maternelle. De nouvelles idées sont souvent le fruit du hasard sur le papier. Comme pour l’art d’un seul trait, les lignes sont le meilleur moyen de décrire l’esprit et le caractère profond d’une voiture. Idéalement, il devrait suffire de tracer trois ou quatre lignes sur le papier pour jeter les bases d’un beau modèle. Pour les voitures de sport comme la F-TYPE, ce qui compte le plus, ce sont les courbes horizontales et leur arrangement avec le trait de fond. Les rainures linéaires latérales symbolisent le dynamisme et la géométrie totalement différente : les lignes sont plus hautes, plus arrondies, et délibérément forcées autour des roues et du toit. La légère nervure au-dessus des roues inspire la confiance. La silhouette est franche mais déjà spectaculaire. Nous avons aussi redessiné les lignes de la I-PACE Concept, la première voiture électrique de Jaguar, qui sera lancée au milieu de 2018. La masse visuelle occupe l’avant. : on croirait que le nez de la voiture s’élance vers l’avant alors que l’arrière le retient. C’est comme si la voiture était prête pour l’action. Cette idée est partie d’une simple esquisse, bien avant les modélisations en 3D. De simples traits jetés à la main sur le papier sont le fondement du processus de design. Mon job, c’est cette première étape, si simple et pourtant si cruciale. » THE JAGUAR 73

 

JAGUAR MAGAZINE

 

Jaguar Magazine rend hommage à la créativité sous toutes ses formes, avec des contenus exclusifs autour de nombreux sujets comme le design ou les technologies innovantes.

Dans ce numéro, nous nous intéresserons à la créativité des mestres brésiliens qui ont imaginé l’art délicat de la capoeira et à celle des artistes irlandais qui font le lien entre culture ancestrale et modernité. Vous découvrirez également le mariage créatif inattendu de l’iPhone et du papier peint victorien. Enfin, Riz Ahmed, artiste et acteur aux multiples facettes, nous expliquera pourquoi il considère que le moment est venu pour lui de se dévoiler pleinement au public.

The Art of Performance : L’Art de La Performance

© JAGUAR LAND ROVER LIMITED 2020

Registered Office: Abbey Road, Whitley, Coventry CV3 4LF
Registered in England No: 1672070

Les chiffres donnés ci-dessus proviennent de tests effectués par les fabricants officiels et répondent aux exigences de la législation européenne.
La consommation d'un véhicule fonctionnant normalement peut différer des chiffres présentés ci-dessus. Ces derniers ne sont présentés qu'à titre comparatif.