Views
5 months ago

Jaguar Magazine #8

  • Text
  • Ahmed
  • Choix
  • Toujours
  • Toute
  • Faire
  • Mestre
  • Monde
  • Galway
  • Capoeira
  • Jaguar
Dans ce numéro, nous nous intéresserons à la créativité des mestres brésiliens qui ont imaginé l’art délicat de la capoeira et à celle des artistes irlandais qui font le lien entre culture ancestrale et modernité. Vous découvrirez également le mariage créatif inattendu de l’iPhone et du papier peint victorien. Enfin, Riz Ahmed, artiste et acteur aux multiples facettes, nous expliquera pourquoi il considère que le moment est venu pour lui de se dévoiler pleinement au public.

Voyage L’esprit de la

Voyage L’esprit de la lutte Mi-danse, mi-art martial, la capoeira est l’essence même du Brésil. De Salvador à União dos Palmares, un road trip en Jaguar XE pour découvrir ses racines Article Jenni Doggett Photographie Wilson Hennessy DDifficile d’atteindre une cible en mouvement. C’est pour cette raison que la ginga est la base même de la capoeira : avec ce balancement caractéristique, les joueurs sont dans un mouvement constant et fluide, prêts à l’action. La ginga est à l’image de la capoeira : à la fois sport, lutte, art et jeu... Cette pratique brésilienne est presque indéfinissable. L’origine exacte de la capoeira fait débat, mais une l’explication revient souvent : des esclaves africains, déportés par les Portugais vers le Brésil au XVI e siècle, auraient imaginé clandestinement cet art martial pour se défendre et se libérer de leurs oppresseurs. Elle a évolué au fil du temps jusqu’à échapper à toute définition. Direction le Brésil pour retracer l’histoire de la capoeira et tenter de comprendre son évolution. Dans le nord-est du pays, l’État de Bahia fait figure de berceau de la capoeira. Selon mon guide Luis, Salvador n’est pas seulement la capitale de Bahia : c’est aussi le centre culturel du pays. “Ici, on ne dit pas que les habitants de Salvador viennent au monde, mais qu’ils entrent en scène”, plaisante-t-il. Originaire de São Paulo, Luis travaille dans toute l’Amérique du Sud, mais il revient ici dès qu’il le peut : “On dit que les habitants de São Paulo travaillent uniquement pour venir à Salvador.” Sur la place Largo Terreiro de Jesus, nous observons des duos de capoeiristes de rue, qui bondissent et tournoient à une vitesse impressionnante. Les joueurs se frôlent le visage, exécutant à la perfection roues et coups de pied retournés. D’une souplesse féline, ces jeunes sportifs se tiennent en équilibre sur les mains en adressant de larges sourires aux touristes. Mais quand je demande à Jason, l’un des plus jeunes joueurs du groupe, ce que lui apporte la capoeira, il répond que cette pratique lui a véritablement sauvé la vie : “Beaucoup de mes amis sont morts ou ont des démêlés avec la justice. La capoeira m’a ouvert les portes d’un autre univers. Je lui dois tout.” La dimension spectaculaire de la capoeira constitue à la fois un exutoire salutaire et une source de revenus pour Jason et ses amis. Il espère qu’elle deviendra sport olympique, car cela ouvrirait de nouvelles perspectives. À l’instar de la boxe ou du football, la capoeira offre en effet une porte de sortie à des jeunes privés d’un accès à l’éducation et qui manquent de cadre. Ces derniers s’entraînent aussi dur que n’importe quel athlète professionnel, à ceci près qu’ils le font sur du béton, sous une chaleur accablante, pour quelques pièces que les touristes voudront bien leur donner. L’après-midi touche à sa fin quand nous quittons la place dans notre Jaguar XE. Le soleil disparaît derrière des nuages blancs si épais qu’on dirait de la chantilly. Salvador est d’une étourdissante beauté avec ses rues pavées et escarpées, aux façades colorées et baignées de soleil. L’extérieur de la XE reflète cette forêt de maisons chamarrée. Nous longeons des édifices coloniaux vétustes ornés de céramique bleue et blanche, dont les portes sont couvertes d’affiches défraîchies et de graffitis incroyablement créatifs. Les Jeux olympiques reviennent dans la discussion quand je rencontre Pedro Abib. Universitaire, musicien, réalisateur et capoeiriste qui a beaucoup écrit sur la capoeira et l’identité culturelle, il regrette sa mercantilisation et s’oppose à ce qu’elle devienne un sport de compétition. Pour lui, la capoeira tient davantage de la pratique culturelle que du sport : “Il n’y a ni gagnant, ni perdant, ni compétition. C’est une question de connexion, un dialogue philosophique.” Pedro redoute de voir les salles de sport s’approprier la capoeira pour en faire un produit de consommation. Il voit en cette discipline un puissant levier de réconciliation et d’égalité dans une société clivée. Pedro explique également que si la capoeira fait aujourd’hui partie du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, elle n’est pas encore crédible aux yeux de tous et reste victime de préjugés. À la fin du XIX e siècle, avec le déclin de l’esclavage et l’essor de l’urbanisation, la capoeira a été récupérée par les gangs et même interdite au début du XX e siècle. Toute personne surprise à pratiquer la capoeira était arrêtée et souvent torturée. 22 / Jaguar Magazine Jaguar Magazine / 23

 

JAGUAR MAGAZINE

 

Jaguar Magazine rend hommage à la créativité sous toutes ses formes, avec des contenus exclusifs autour de nombreux sujets comme le design ou les technologies innovantes.

Dans ce numéro, nous nous intéresserons à la créativité des mestres brésiliens qui ont imaginé l’art délicat de la capoeira et à celle des artistes irlandais qui font le lien entre culture ancestrale et modernité. Vous découvrirez également le mariage créatif inattendu de l’iPhone et du papier peint victorien. Enfin, Riz Ahmed, artiste et acteur aux multiples facettes, nous expliquera pourquoi il considère que le moment est venu pour lui de se dévoiler pleinement au public.

The Art of Performance : L’Art de La Performance

© JAGUAR LAND ROVER LIMITED 2020

Registered Office: Abbey Road, Whitley, Coventry CV3 4LF
Registered in England No: 1672070

Les chiffres donnés ci-dessus proviennent de tests effectués par les fabricants officiels et répondent aux exigences de la législation européenne.
La consommation d'un véhicule fonctionnant normalement peut différer des chiffres présentés ci-dessus. Ces derniers ne sont présentés qu'à titre comparatif.